Prochainement :
Paysages de la Reconstruction
A partir du 1er avril 2017

Edito

Dans le cadre du Centenaire de la Guerre de 1914-1918, le musée de Vassogne présente sa nouvelle exposition, « Paysages de la Reconstruction (1919-1939) » du 1er avril 2017 au 31décembre 2018. C’est le deuxième volet du cycle que le musée de Vassogne consacre à la Reconstruction sur le Chemin des Dames après 1918. La première partie, « Le Chemin de la reconstruction (1919–1939) » (avril 2015-décembre 2016) a été consacrée à la reconstruction de l'habitat et à la réhabilitation des liens sociaux sur le Chemin des Dames dans l’après-guerre. « Paysages de la Reconstruction » aborde la question de la reconquête des terres et des cultures par les habitants entre 1919 et 1939. L’exposition explore le nouveau visage des jardins et des paysages sous un angle inédit : comment rendre sensible tous les aspects de la société sur le Chemin des Dames après « l'évènement ruine » ? « L'évènement ruine » est précisément le terme que Stéphane Bedhome - fondateur et conseiller scientifique du musée - a forgé dans sa thèse et son livre pour caractériser l’état de dévastation et de sidération de la région après la Grande Guerre.

La Reconstitution agricole

La reconstitution agricole est un enjeu qui touche particulièrement le Chemin des Dames, cette partie de l’Aisne labourée, dévastée, aplatie par la guerre. Les exploitants et l’administration - nationale et locale - ont plusieurs priorités : la remise en état des terres, la reconstitution des cadastres, le retour aux rendements d’avant-guerre et la consolidation des structures de production. L’équipement agricole et l’approche départementale du progrès sont les deux composantes pour comprendre les mécanismes de la modernisation agricole.

« Saisons »

L’exposition, « Paysages de la Reconstruction », est divisée en trois parties. La première, sous-titrée « Saisons », met en scène l’ensemble des outils et des objets qui a contribué à la remise en état du milieu physique. L’été, l’automne, l’hiver et le printemps, les quatre saisons de 1920 sont évoquées au travers de centaines de pièces des années 1920 qui proviennent du Conservatoire du Musée de Vassogne. : charrues, bêches, houes, arrosoirs, échalas, cueilles-pommes, pioches, paniers…

« Paysages d’après-guerre »

La deuxième partie intitulée « Paysages d’après-guerre » offre quatre visions des paysages de l’avant à l’après-guerre. « Le monde ancien avait totalement disparu » montre un ensemble de photographies inédites de personnages et paysages avant 1914. « Regarder, lire et écrire les paysages » présente des témoignages de ces paysages des années 1920 sur le Chemin des Dames : paysages de visages, paysages de cartes postales, photos de lieux.... « Nouvelle lecture de la culture » rend compte des progrès techniques et de la volonté de former les agriculteurs au monde de demain. « Paysages d’objets » met en gloire plusieurs centaines d’outils agraires, exemplaires uniques et représentatifs de cette période.

« Par delà les toits… »

La troisième partie de l’exposition, « Par delà les toits… », plonge le visiteur dans une vision onirique du monde ancien. Le paysage était formé à la fois par les champs, les cultures, les jardins et les habitations, leurs volumes, leurs toits, leurs girouettes… C’est cette part du paysage, englouti par la guerre, à la limite du ciel et de la terre, qu’évoque un ensemble d’objets constitué d’éléments de toitures, épis de faîtage, tuiles, chatières de ventilation…

Les plaques de verre de Françoise Perronno

2017 marque pour le musée de Vassogne le début d’une démarche de collaboration avec des artistes contemporains. Pour « Paysages de la Reconstruction » le musée de Vassogne a choisi de travailler avec Françoise Perronno, artiste plasticienne. Sa démarche de ré-interprétation de paysages sur des plaques de verre s’inscrit naturellement dans le propos de l’exposition. S’inspirant des paysages même du Chemin des Dames, de l’avant-guerre à aujourd’hui, Françoise Perronno les redessine : champs sans fin, labours, lignes d'horizon, ciels, arbres, forêts, collines,… Le dessin, pris entre les deux plaques de verre, est révélé par un jeu d’ombre et de lumière. Les paysages sont aussi des passages entre l’ancien monde et celui d’aujourd’hui.

Patrick DOUCET

<